Entreprise en difficulté, mieux vaut prévenir que guérir

Combien de liquidations évitées si l’alerte avait été donnée à temps ? Quels indicateurs permettent d’éviter la gestion de crise en entreprise ? Pourquoi tant de gestions de trésorerie défaillantes ?

Ce premier article d’une longue série a pour objectif d’accompagner les chefs d’entreprises en difficulté avant d’en arriver à un redressement, voir une liquidation judiciaire.

Au delà des chiffres et des analyses financières, je suis attristé de voir la détresse d’un dirigeant parfois en faillite personnelle. Sans parler du stress pour les salariés qui travaillent dans des conditions difficiles sans certitude pour leur avenir.

Il n’y a pas de fatalité pour peu que l’on s’y prenne à temps. Il n’y a pas de honte à reconnaître une situation de crise. Il y a de l’incompétence à ne pas anticiper.

Comment relancer une entreprise en difficulté?

La 1° étape consiste à éviter une aggravation, juguler la crise avant qu’elle ne prenne de l’ampleur, identifier les voies d’eau avant de sombrer davantage. Des indicateurs d’alerte sont à mettre en place dans l’entreprise comme ceux d’une voiture qui passent au rouge avant d’avoir des dégâts irrémédiables.

Vous prendrez en compte les éléments internes propres à l’entreprise comme les éléments externes qui influent sur sa compétitivité :

  • Le management opérationnel : les 4 piliers qui soutiennent l’entreprise sont ils efficients ? Le marketing et les ventes génèrent-ils un portefeuille client satisfaisant ? L’administration de l’entreprise et sa gestion financière sont-elles en bon ordre ? La gestion des ressources humaines permet-elle d’avoir une équipe efficace et motivée ? L’exploitation et la maîtrise du métier assurent-elles la pleine satisfaction des clients ? Le manquement d’un seul de ces piliers peut mettre l’entreprise en danger.
  • La politique générale de l’entreprise : La prise de recul stratégique est vitale ainsi que l’anticipation des tendances. L’ex géant de la photo Kodak est un cas d’école en matière d’erreur stratégique en n’ayant pas cru au développement du numérique après l’avoir créé.
  • La conjoncture économique : sans pouvoir la contrôler, il convient de l’anticiper au mieux et de s’y adapter par une flexibilité maximale.
  • La concurrence qui peut changer de stratégie et vous occasionner des pertes de parts de marché pouvant se solder par une trésorerie d’entreprise exsangue.
  • Les clients et les fournisseurs qui peuvent être défaillants ou changeants dans leur relation commerciale avec votre entreprise. La majorité de son chiffre d’affaire réalisée avec un faible nombre de clients questionne aussi la diversification de votre portefeuille client.
  • L’innovation et la recherche sont les meilleurs garants de votre avenir à moyen-long terme.
  • Le contexte législatif et fiscal qui peut remettre en cause des équilibres établis. Ce fut le cas avec la suppression de la TVA à taux minoré pour les travaux de bâtiment.

Les paramètres à prendre en compte sont nombreux et peuvent être parfois anxiogènes. La bonne nouvelle est que leur prise en compte régulière et une prise de recul permettent d’y faire face. C’est parfois même une opportunité pour prendre la place de concurrents moins vigilants !

Faites le point grâce à notre quizz gratuit !
Décrivez en quelques mots votre problématique. Nous pourrons évaluer votre situation et vous proposer des solutions, ainsi qu’un Rdv si vous le souhaitez. RECEVOIR le QUIZZ

De l’entreprise en difficulté au retournement d’entreprise

Grâce au bilan complet réalisé, vous êtes dans les meilleures conditions pour mettre en place le plan de retournement adapté. Sinon, comment pourriez-vous choisir un remède sans avoir posé un diagnostic préalable ?

Vous comprenez que la réduction des charges n’est pas la seule alternative. L’innovation et le marketing sont des leviers pour générer aussi une croissance de chiffre d’affaire et assurer la pérennité de l’entreprise.

La cohérence de votre analyse et de votre plan est votre alliée pour bénéficier des dispositifs prévus dans pareil cas. Les aides aux entreprises en difficulté ou les fonds de retournement en sont 2 exemples parmi d’autres.

Et si votre plan de retournement était la 1° étape du succès que vous espérez ?

FR – Nous Rencontrer

Et si notre échange était la première étape vers un nouveau succès ?

CONTACTEZ-NOUS

Catégories

Articles relatifs